Famille

Les corégones appartiennent à la famille des Salmonidés (Salmonidae) et forment une sous-famille, les Corégoninés ou corégones. Celle-ci comprend les trois genres Stenodus (formes migratoires prédatrices mesurant jusqu'à 150 cm de long, comme l'inconnu en Sibérie et en Amérique du Nord), Prosopium (petites espèces) et Coregonus, qui comprend toutes les espèces de corégones d'Europe.

La plupart des espèces de Coregonus sont des poissons grégaires de taille petite à moyenne et sont adaptées à une vie dans des eaux froides et claires. Ils sont présents dans les régions tempérées et septentrionales d'Europe, d'Asie et d'Amérique du Nord. On les trouve dans des centaines de milliers de rivières et de lacs. Certaines espèces vivent encore en mer comme leurs ancêtres et migrent vers l'eau douce pour se reproduire. 

    

Distribution

Lorsque la dernière glaciation s'est achevée il y a environ 12'000 ans, l'épaisse couche de glace qui recouvrait une grande partie de la Suisse a fondu. De nouvelles rivières et parfois d'immenses lacs se sont formés. Les corégones des régions libres de glace du Nord et de l'Est ont conquis ces nouveaux habitats attrayants. Les Alpes constituaient toutefois une barrière infranchissable.

Aujourd'hui, les corégones sont présents dans tous les grands lacs suisses du Plateau et des Préalpes. Dans les lacs aux eaux fraîches et riches en oxygène, les corégones occupent différents habitats, de la zone littorale jusqu'à des profondeurs dépassant largement les cent mètres. Dans l'Aar, le Rhin alpin et le canal de la Linth, il existe même des populations qui frayent encore en rivière.

L'homme a également introduit des corégones dans divers milieux aquatiques où ils n'étaient pas présents à l'origine. Par exemple, au sud des Alpes, dans le lac Majeur et le lac de Lugano ainsi que dans des lacs de barrage comme le Sihlsee, le Wägitalersee ou le Klöntalersee.

Dans certains lacs du Plateau, comme le Hallwilersee, les populations de corégones, importantes sur le plan économique, ne peuvent aujourd'hui être maintenues que grâce à l'élevage artificiel et au repeuplement, car la reproduction naturelle ne fonctionne plus à proximité du fond en raison du manque d'oxygène. Cela concerne surtout les espèces qui étaient adaptées à la vie en profondeur. 

 

 

Apparence et anatomie

Les corégones sont des poissons au corps fusiforme, comprimé latéralement, avec des écailles bien visibles et solidement fixées ainsi qu'une nageoire adipeuse typique des salmonidés. Le corps argenté et brillant présente, selon l'espèce et l'habitat, des teintes allant du jaune-olive au vert turquoise en passant par le gris et le bleu. Le dos est sombre, le ventre gris clair à blanc. Sa robe sans motifs ou couleurs voyantes est le camouflage parfait pour un poisson vivant en banc dans des eaux libres et claires. Grâce à son corps puissant et élancé et à sa grande nageoire caudale, le corégone est capable de nager rapidement et de manière endurante.

Champion de l'adaptation

La capacité des corégones à exploiter les différentes niches et ressources d'un milieu aquatique en un temps étonnamment court est fascinante. De nouvelles espèces peuvent ainsi se développer en l'espace de quelques millénaires à partir d'une espèce colonisatrice originelle. Les biologistes de l'évolution appellent cela la radiation évolutive, c'est-à-dire la diversification des espèces par spécialisation.

Le jeu de construction génétique des corégones offre une palette de variantes que l'on peut observer dans le monde entier. Les formes écologiques suivantes sont ainsi apparues à maintes reprises :

Forme migratrice :

taille moyenne à grande, régime alimentaire flexible, reproduction en rivière.

Exemple : corégone du lac de Constance (Coregonus wartmanni)

 

  

Forme littorale :

grande taille, régime alimentaire flexible, reproduction à proximité des rives.

Exemple : palée du lac de Neuchâtel (Coregonus paleae)

 

   

Forme pélagique (eaux libres) :

taille petite à grande, spécialisé dans le plancton, reproduction flexible (par ex. en fonction de la saison ou de la profondeur d'eau).

Exemple : "Albeli" du Walensee (Coregonus heglingus)

 

   

Forme benthique (eaux profondes) :

taille petite à moyenne, spécialisé dans les organismes benthiques,  reproduction en profondeur.

Exemple : "Kropfer" du lac de Thoune (Coregonus profundus)

   

On sait aujourd'hui que même des espèces présentes dans le même lac et à première vue distinctes sont en général plus étroitement apparentées entre elles qu'avec leurs "doubles" d'autres lacs leur ressemblant à s'y méprendre comme des sosies. Cela signifie que dans chaque réseau hydrographique nouvellement colonisé, cette spécialisation et diversification des espèces se produisent de manière répétée. En quelques millénaires, la Suisse a ainsi vu naître une biodiversité unique en son genre, qui comptait encore à la fin du 19e siècle au moins 35 espèces de corégones génétiquement et morphologiquement différents. Cette diversité se reflète dans une multitude de noms locaux tels que palée, bondelle, lavaret, Albeli, Balchen, Brienzlig ou Kropfer.

 

Un tiers de ces espèces a disparu au cours des 150 dernières années, principalement en raison de la modification de leur habitat et de la pollution des eaux. Actuellement, on ne trouve plus que 24 espèces dans les eaux suisses.

Manger et être mangé

La bouche des corégones est idéale pour ingérer de minuscules proies ou les cueillir au fond des eaux. L'éventail alimentaire des corégones va du zooplancton, comme les daphnies et les copépodes, aux larves d'insectes, aux moules et aux escargots, en passant par le frai et les jeunes poissons. Pour la recherche de nourriture, ils se fient fortement à leurs yeux ainsi qu'à leur ligne latérale qui perçoit les plus infimes mouvements dans l'eau. Les arcs branchiaux jouent un rôle central dans l'alimentation. Ils sont densément recouverts de fines épines sur leur face antérieure, qui forment ainsi une nasse. Celle-ci empêche les proies de s'échapper par les orifices branchiaux. Le nombre, la densité et la longueur des épines branchiales reflètent la nourriture préférée des différentes espèces de corégones et constituent une précieux critère de différenciation.

En raison de leur nombre énorme, les corégones constituent un maillon important de la chaîne alimentaire. En tant que concurrents pour les autres poissons et en tant que proies, de l'œuf au poisson adulte.

 

  

 

 

    

 

 

  

 

Les épines des arcs branchiaux permettent de distinguer de nombreuses espèces de corégones. Les épines longues et nombreuses, qui ressemblent à une crête, sont typiques des planctophages en eau libre. Des épines peu nombreuses et plus courtes sont typiques des espèces qui collectent leur nourriture, à savoir des moules et escargots, sur le fond.

Reproduction

La diversité des périodes de frai, des sites de frai et des comportements de reproduction est l'une des raisons de la spécialisation rapide des corégones. Certaines espèces se rassemblent en été juste en dessous de la thermocline (sur des monticules de gravier) au milieu du lac, tandis que d'autres déposent leurs œufs tout près de la rive, dans des endroits peu profonds et graveleux, lors des sombres nuits de décembre. Certains ressentent encore aujourd'hui l'instinct migratoire de leurs ancêtres et se rendent dans une rivière pour frayer. Contrairement aux truites, les corégones n'ont pas de frayères ni de combats territoriaux. Le comportement d'accouplement est néanmoins plus complexe qu'on ne l'a longtemps cru. Les femelles choisissent leurs partenaires de manière ciblée et le frai est suivi d'une violente dispersion de milliers d'œufs de la taille d'une tête d'épingle dans l'eau. Ceux-ci coulent vers le fond, parfois à plus de 100 mètres de profondeur, et sont abandonnés à eux-mêmes.

 

Chez les formes qui pondent sur la rive, la préférence est donnée aux fonds graveleux ou rocheux. En fonction de la température de l'eau, il faut jusqu'à trois mois pour que les larves éclosent.

Dans la plupart des lacs suisses, la population de corégones est soutenue depuis près de 150 ans par un repeuplement d'alevins incubés artificiellement. On a ainsi tenté de compenser les pertes dues à des conditions environnementales défavorables et d'augmenter les rendements. Le repeuplement irréfléchi avec des juvéniles provenant d'autres milieux aquatiques a mis en danger la biodiversité naturelle et l'a parfois réduite de manière irréversible.

 

 

Pêche & gastronomie

Les corégones font partie du patrimoine culinaire de notre pays.  Au Moyen-Âge déjà, ils étaient très prisés et les princes et abbés aimaient se faire payer leurs impôts avec cette délicatesse argentée. Aujourd'hui encore, les corégones sont l'un des poissons dits "de base" de la pêche professionnelle suisse. Ces magnifiques et savoureux poissons sont aussi les favoris de nombreux pêcheurs à la ligne.

Au cours des dernières décennies, les corégones ont représenté jusqu'à 50 pour cent des prises totales, car les populations d'autres espèces (perches, gardons) ont fortement diminué en raison de la baisse des nutriments dans les lacs. Depuis 2015, les rendements se sont drastiquement effondrés. En 2019, sur un total de 1'400 tonnes de poissons sauvages suisses, il ne restait plus que 486 tonnes de corégones. Dans les années 1990, on en débarquait jusqu'à 1'500 tonnes par année. Au vu des presque 80'000 tonnes de poissons et de fruits de mer importées chaque année, chaque poisson consommé issu des eaux suisses est aujourd'hui une spécialité exclusive.

 

  

Les lacs suisses - une idylle de carte postale qui pose problème

Perte d'habitat :

de prime abord, de nombreux lacs suisses semblent pittoresques, mais ils sont loin de leur état d'origine. Leurs rives ont été aménagées, la connectivité avec les affluents est interrompue par des barrages et des seuils, et la régulation rigide du niveau d'eau pour protéger les milliards de valeurs sur leurs rives a fait disparaître les roselières et les forêts alluviales. Ainsi, de nombreux habitats dont les poissons ont besoin pour se reproduire, comme les zones de grossissement ou d'alimentation ont disparu. De plus, tous les insectes, écrevisses, escargots et moules qui s'y développaient autrefois sont désormais absents de la chaîne alimentaire.

 

 

Surfertilisation et eutrophisation :

la charge excessive en nutriments provenant de l'urbanisation et de l'agriculture au cours du 20e siècle a fortement modifié l'écologie de la plupart des lacs et nui à leur biodiversité originelle. En réaction, l'apport de phosphore, un nutriment pour les végétaux, a été rapidement réduit depuis les années 1980 grâce à des restrictions et aux stations d'épuration. La productivité de la pêche, qui avait temporairement augmenté de manière anormale dans de nombreux lacs en raison de l'eutrophisation, est aujourd'hui à nouveau nettement plus faible.

Pollution chimique :

les pesticides utilisés dans l'agriculture, l'horticulture et l'entretien ont dangereusement réduit la biomasse et la biodiversité des insectes et autres invertébrés terrestres et aquatiques. Les micropolluants issus de l'industrie et des activités humaines (par exemple les médicaments) affectent toutes les phases de la vie des poissons et des organismes aquatiques dont ils se nourrissent.

Crise climatique :

depuis les années 1960, la température moyenne de l'eau des lacs suisses a augmenté de 3 degrés. Cela modifie les processus chimiques et biologiques et, dans certains lacs, cela entrave le brassage, ce qui entraîne un manque d'oxygène en profondeur. Des espèces comme les corégones, adaptées aux eaux froides, sont chassées de leur habitat actuel par le réchauffement. L'augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes, tels que les vagues de chaleur et les inondations, accroît le stress des écosystèmes existants.

Néozoaires :

un nombre croissant de moules, d'écrevisses et de poissons non-indigènes ont envahi les lacs suisses au cours des dernières décennies, modifiant les conditions générales des espèces indigènes avec des conséquences imprévisibles.

Prédateurs :

les populations d'oiseaux piscivores comme le cormoran, le harle bièvre et le héron cendré ont fortement augmenté en raison de mesures de protection. En conséquence, les prélèvements de poissons ont énormément augmenté. Cela concerne également les populations d'espèces menacées comme l'ombre commun. Sur certains lacs suisses, plusieurs milliers de cormorans chassent désormais et dévorent des centaines de tonnes de poissons par an.

Gestion de la pêche :

par ignorance ou insouciance, des milieux aquatiques ont été repeuplés jusque tard dans le 20e siècle avec des juvéniles provenant parfois d'eaux très éloignées, afin de "donner du sang neuf" ou de compenser des pénuries.  A l'époque, on n'avait pas encore conscience de l'importance des populations adaptées aux conditions locales. Aujourd'hui, le "mélange" génétique peut être démontré chez de nombreuses espèces de corégones. De telles interventions mettent potentiellement en danger la forme d'une espèce qui s'est adaptée à son habitat pendant des milliers de générations.